La Thérapie Comportementale Emotive-Rationnelle


ATTENTION !

Les vendredis, le lieu de consultation alterne entre Varennes-Vauzelles (semaines IMPAIRES) et Varzy (semaines PAIRES). Si vous souhaitez un rendez-vous un vendredi, veuillez me contacter  directement (par mail ou téléphone), sinon, choisir un autre jour de la semaine.



Cette thérapie appartient au courant des Thérapies Comportementales et Cognitives (T.C.C.).

De plus en plus connues du public et des professionnels, les thérapies comportementales et cognitives offrent de nouveaux moyens d’action pour le traitement de troubles variés.

Plus que les techniques qu’elles emploient, elles ont en commun un support théorique : la démarche scientifique expérimentale et les théories de l’apprentissage.

En situation clinique, un comportementaliste considère qu’un comportement inadapté (par exemple une phobie) a été appris dans certaines situations, puis maintenu par les contingences de l’environnement.

La thérapie cherchera donc, par un nouvel apprentissage, à remplacer le comportement inadapté par celui que souhaite le patient.

Le thérapeute définit, avec le patient, les buts à atteindre et favorise ce nouvel apprentissage en construisant une stratégie adaptée.

Généralités

La PCER (Psychothérapie Comportementale Emotivo-Rationnelle) est le terme utilisé en France mais son appellation d'origine est R.E.T. pour Rational Emotive Therapy (et REBT Rational Emotive Behavior Therapy au Canada). Le fondateur de cette méthode est un éminent psychologue américain, Albert ELLIS.

 

La PCER vise à favoriser l’évolution "philosophique" du patient par l’utilisation de stratégies cognitives, comportementales et émotives afin de produire des changements durables. En général, la thérapie vise à aider les patients dans leur processus d’autoréalisation et de recherche du bonheur.

 

L’atteinte de cet objectif est possible par la remise en question des systèmes de croyances bien souvent irrationnelles dans le but de limiter ou réduire

les croyances défaitistes.

Il faut donc aider les patients à développer un mode de pensée plus lucide et rationnel, afin qu’ils puissent agir plus efficacement et accomplir les objectifs de leur vie.

 

Les individus apprennent à travers la thérapie à traiter de manière effective les sentiments négatifs qui les hantent comme la tristesse, le regret, la frustration, le découragement, l’anxiété et la dépression.

 

Histoire de la relation d'aide comportementale émotivo-rationnelle

 

Ellis avait suivi une formation de psychologue clinicien. À mesure qu'il traitait des patients, il est devenu de plus en plus mécontent des résultats offerts par la psychanalyse traditionnelle. Il a noté que, bien que ses patients aient pu prendre conscience de leurs problèmes sous-jacents, leur comportement n'avait pas vraiment changé.

 

Dans les années 1950, Ellis avait commencé à expérimenter avec d'autres types de psychothérapie et a été fortement influencé par des philosophes et des psychologues y compris Karen Horney et Alfred Adler, ainsi que le travail des thérapeutes comportementaux. L'objectif d' Ellis était de développer une approche à la psychothérapie orientée vers l'action afin de produire des résultats en aidant les clients à gérer leurs émotions, cognitions et leurs comportements.

 

Selon Ellis, "les gens ne sont pas perturbés par les choses, mais plutôt par leur vision des choses". L'affirmation fondamentale de l'approche émotivo-rationnelle, c'est que la façon dont les gens se sentent est largement influencée par la façon dont ils pensent. Quand les gens ont des croyances irrationnelles sur eux-mêmes ou sur le monde, des problèmes émergent. Pour cette raison, l'objectif de l'approche émotivo-rationnelle est d'aider les gens à modifier les croyances illogiques et les schémas de pensée négatifs afin de surmonter les problèmes psychologiques et la détresse émotive.

 

L'approche comportementale émotivo-rationnelle était l'un des premiers types de thérapies cognitives. Ellis a commencé à développer son approche au début des années 1950 et d'abord appelé sa thérapie d' « approche rationnelle ». En 1959, la technique a été renommée par « thérapie émotivo-rationnelle » et plus tard rebaptisée « thérapie comportementale émotivo-rationnelle » en 1992. Ellis a continué à travailler sur son approche jusqu'à sa mort en 2007 .

 

Le modèle ABC

 

Ellis a suggéré que les gens blâment, à tort, des événements externes pour leur malheur. Il a fait valoir, cependant, que c'est notre interprétation de ces événements qui se trouve véritablement au cœur de notre détresse psychologique. Pour expliquer ce processus, Ellis a développé ce qu'il appelle le modèle ABC:

A - Événement déclencheur : Quelque chose se passe dans l'environnement autour de vous.

B - Croyances: Vous détenez une croyance sur l'événement ou la situation.

C - Conséquence: Vous avez une réponse émotionnelle à votre croyance.

 

Les étapes de base de l'approche comportementale émotivo-rationnelle

 

1. Identifier les modes de pensée sous-jacents et les croyances irrationnelles.

 

La toute première étape dans le processus est d'identifier les pensées irrationnelles, les sentiments et les croyances qui conduisent à la détresse psychologique. Dans de nombreux cas, ces croyances irrationnelles sont présentées comme des absolus, comme dans «je dois», «je devrais» ou "je ne peux pas". Selon Ellis, quelques-unes des croyances irrationnelles les plus courantes sont:

 

-Se sentir trop bouleversé par les erreurs ou fautes des autres.

-Croire que vous devez être à 100 pour cent compétents et réussir en tout pour être apprécié et utile.

-Croire que vous serez plus heureux si vous évitez les difficultés ou les défis de la vie.

-Sentir que vous n'avez aucun contrôle sur votre propre bonheur; que votre contentement et votre joie dépendent de forces extérieures.

 

En ayant ces croyances rigides, il devient presque impossible de répondre à des situations d'une manière psychologiquement saine. Posséder ces attentes rigides de nous-mêmes et des autres conduit seulement à la déception, à un sentiment d'injustice, au regret et à l'inquiétude.

 

2. Repousser les croyances irrationnelles.

 

Une fois que ces idées sous-jacentes ont été identifiées, l'étape suivante consiste à remettre en question ces croyances erronées. Pour ce faire, le thérapeute doit contester ces croyances en utilisant des méthodes très directes. Ellis a suggéré que, plutôt que d'être simplement chaleureux et soutenant, le thérapeute doit être franc, honnête et logique afin de pousser les gens vers le changement de leurs pensées et de leurs comportements.

 

3. La compréhension et la reconnaissance de formes de pensée irrationnelles

 

Comme vous pouvez l'imaginer, la thérapie peut être un processus engageant pour le patient. Faire face à des schémas de pensée irrationnels peut être difficile, en particulier parce que la remise en question de ces croyances est inhabituelle. Une fois que le patient a identifié les croyances problématiques, le processus de changement profond de ces pensées peut exiger un certain travail.

 

S'il est parfaitement normal de se sentir dérangé quand vous faites une erreur, l'objectif de la thérapie est d'aider les gens à réagir rationnellement à ces situations. Afin de faire face à ce type de situation à l'avenir, la réponse émotionnelle adaptée serait de réaliser que, quoiqu'il serait merveilleux d'être parfait et de ne jamais faire d'erreurs, il n'est pas réaliste de s'attendre à un succès dans toute entreprise. Vous avez fait une erreur. C'est tout à fait normal, tout le monde fait des erreurs. Tout ce que vous pouvez faire est d'apprendre à partir de la situation et de progresser.

 

Il est également important de reconnaître que, bien que la thérapie comportementale émotivo-rationnelle utilise des stratégies cognitives pour aider les clients, il met aussi l'accent sur les émotions et les comportements. En plus d'identifier et contester les croyances irrationnelles, les thérapeutes et les patients travaillent également ensemble pour cibler les réponses émotionnelles qui accompagnent les pensées problématiques. Les patients sont également encouragés à changer les comportements indésirables en utilisant des choses telles que la relaxation, la tenue d'un journal, l'humour et l'imagerie guidée.

 

La thérapie émotivo-rationnelle peut être efficace dans le traitement d'une variété de troubles psychologiques, y compris les troubles anxieux et les phobies ainsi que les comportements spécifiques comme la timidité sévère et la recherche excessive d'approbation.