L'hypnose thérapeutique



Je me suis formée à la technique de l'hypnose à visée thérapeutique via l'organisme Hypnodyssey (dirigé par le Dr Jean BECCHIO). Ce dernier développe désormais le terme de Thérapie d'Activation et d'orientation de la Conscience (T.A.C.) pour désigner précisément de quoi il s'agit au cours du processus hypnotique.

 

 

                    "Vous ne contrôlez pas le comportement d'une quelconque autre personne.

Vous apprenez à le connaître, vous aidez les patients en l'utilisant, vous aidez les patients en les dirigeant de telle façon qu'ils rencontrent leurs besoins ; mais vous ne travaillez pas avec les patients pour atteindre vos propres buts.

Le but est leur bien-être, et si vous réussissez à obtenir leur bien-être, vous touchez directement votre propre bien-être."

(Milton Erickson)


Qu'est-ce que l'hypnose?

L'hypnose, qui a longtemps été considérée comme un état, est de plus en plus décrite comme un processus, avec les caractères de permanence et de variabilité d'intensité de ce phénomène. Chacun a pu faire l’expérience d’un roman dont la lecture consciencieuse permet de nous évader, ou celle d’une suspension hors du temps à force de contempler le mouvement des vagues, etc. En bref, chacun a pu faire l’expérience d’un état de conscience modifiée (différent donc de l’état de veille habituelle). L’état hypnotique est précisément ce moment de conscience où les choses sont perçues autrement. Une métaphore va nous aider à définir cette notion de processus.

L'hypnose sous sa forme de processus est comme une petite flamme que tout le monde possède. Lorsque cette flamme est petite, elle n'est pas très utile. Lorsque elle se développe ou lorsque nous apprenons à la développer, elle devient utile en créant des modifications fonctionnelles dans le cerveau et en facilitant la communication entre le corps et l'esprit. Certaines personnes possèdent naturellement une flamme développée. Elles sont assez rares sur la planète. Ce sont quelques personnages que nous reconnaissons lorsque nous les rencontrons car ils présentent les signes de transe hypnotique. Acteurs, sportifs, managers, ils sont habituellement leaders dans leur domaine.

La transe est un processus clinique observable, enclenché par des techniques d'induction diverses. Depuis la seconde moitié des années 90, cet état a été identifié et caractérisé en imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle et PET-Scan), attestant ainsi de son existence réelle. Scientifiquement, on peut maintenant affirmer que l’état hypnotique est une réalité.

 

Le processus hypnotique :

La définition de la transe a évolué au fil de l'histoire. Etat particulier de conscience, réservé à certains privilégiés des "Dieux", les chamanes, dans la première période historique, elle est étudiée aujourd'hui dans sa forme de processus. Le mot hypnose est chargé de beaucoup de significations. Demandez autour de vous ce que ce mot évoque. Vous obtiendrez des réponses diverses : transe hypnotique, regard hypnotique, hypnose de music hall, domination de l'hypnotiseur, sommeil profond de l'hypnotisé, état somnambulique, manipulation pendant la transe, état de soumission, résumé des concepts qui hantent l'esprit des personnes non informées sur la réalité de l'hypnose.

Ces idées reçues s'expliquent car elles correspondent au parcours évolutif de l'hypnose au fil des âges. Cette évolution peut être schématisée en cinq périodes :

  • la période chamanique : La transe hypnotique est employée depuis l'aube de l'humanité par les chamanes qui utilisent, inconsciemment, le processus hypnotique dans leurs interventions thérapeutiques, la transe permettant de créer le lien entre le chamane, les forces ou les divinités de la nature et les personnes souffrantes.
  • la période Mesmerienne : 1760, une jeune médecin autrichien Franz Mesmer vient s'installer à Paris pour développer une nouvelle méthode thérapeutique : le magnétisme animal. Selon lui il existe un fluide qui circule dans l'univers et dans l'homme. Mesmer utilise sa technique de passes magnétiques pour rétablir la bonne circulation fluidique et guérir le patient (la maladie s'installe lorsque la circulation fluidique est altérée). Cette méthode va connaître un grand succès. Notre méthode hypnotique n'a rien emprunté à la technique mesmerienne. Les héritiers en sont les magnétiseurs. Mais le mérite du magnétisme animal est de faire passer l'action thérapeutique du plan divin au plan de l'action personnelle du thérapeute.
  • le rôle de Braid :1820, James Braid, médecin écossais, démontre que la suggestion est au centre du phénomène hypnotique. Il prononce cette phrase fondatrice : "il n'y a pas de magnétisme ; tout est suggestion". L'action thérapeutique dépend en partie du thérapeute, mais aussi du patient qui doit accepter la suggestion. Une nouvelle définition de la transe apparaît : état provoqué par un thérapeute qui emploie des suggestions à visées thérapeutiques. Le Pr Bernheim (Nancy, début du vingtième siècle) complètera cette définition en déclarant qu'une suggestion ne peut devenir active qu'à la condition qu'elle se transforme en auto-suggestion.
  • Janet et Pavlov : Ces deux personnages vont s'intéresser à l'hypnose et échanger une correspondance sur le sujet pendant de nombreuses années. Janet, qui travaille à la Salpêtrière, défend une vision psychologique de la transe hypnotique. Pavlov, dans son laboratoire de Saint-Pétersbourg, développe une théorie neurobiologique de l'état hypnotique. L'avenir montrera que tous les deux avaient raison.
  • L'apport de Milton Erickson (1904-1984) : ce brillant psychiatre américain révolutionne la technique hypnotique, en abandonnant les suggestions directes "dormez, je le veux" pour n'utiliser que des suggestions indirectes et des métaphores. Erickson porte deux idées révolutionnaires : l'importance de la pratique de l'auto-hypnose par les patients et la notion prémonitoire d'inconscient bienveillant. C'est cette hypnose, sous sa forme d'activation de l'attention et de la conscience que nous employons actuellement auprès de nos patients.
  • L'apport des neurosciences : depuis le début du vingt-et-unième siècle, les techniques d'imagerie permettent de "visualiser" le cerveau pensant, sensitif, ému. Petscanner, IRM fonctionnelle et en tenseur de diffusion (IRMtd), Magnéto-Encéphalographie ont permis de démontrer que l'état hypnotique est différent du sommeil et de l'état de veille ; c'est un état de conscience particulier, dans lequel certaines zones du cerveau travaillent de manière synchrone. Dans ce processus le sujet devient réceptif à la suggestion qui peut entraîner des modifications du comportement, du métabolisme ou de la circulation dans le système nerveux. Ces modifications entraînent des restructurations à action thérapeutique, notion qui permet d'éliminer le prétendu pouvoir d'une personne indispensable pour la mise en route de l'état hypnotique. Le rôle du thérapeute consiste à apprendre au patient la meilleure façon d'utiliser son propre processus hypnotique dans un but thérapeutique.
Les indications et les contre-indications de l'hypnose :
nous évoquerons les contre-indications avant de reprendre, dans les indications, celles qui furent validées dans les Proceedings de la Mayo Clinic en 2006 et dans le rapport de l'INSERM sur l'évaluation de l'efficacité clinique de l'hypnose (juin 2015)
Les contre-indications :
  • la psychose (consulter un psychiatre dans ce cas de figure)
  • un traitement plus adapté et plus efficace que l'hypnose pour soulager la souffrance du patient
Les indications :
pour ce qui est du domaine de mon action thérapeutique ou relationnelle habituelle
  • les douleurs : aigues et chroniques
  • anxiété et état dépressif
  • addictions
  • phobies
  • tout symptôme fonctionnel (insomnie, troubles du transit digestif...)
  • rhumatologie : fibromyalgie
  • gestion des émotions